3 questions à un Shaper

Les 2 Alpes. Crédits photo : Les 2 Alpes - 3 questions à un Shaper - Alpes ski résa
Mercredi 16 Mars

votre comparateur est plein

Votre comparateur ne peut contenir que 4 éléments maximum.

cliquez ici pour accèder à votre comparateur.

Le métier de shaper est existe depuis une bonne vingtaine d’années et reste pourtant encore très confidentiel. Pas d’école, pas de concours, pas de diplôme. Mais des heures et des heures à dessiner, pelleter et peaufiner des kickers. Sylvain, shaper passionné depuis 13 ans aux 2 Alpes, a accepté de nous en dire plus sur son travail/passion. Interview.

 Alpes Ski Résa : Comment devient-on shaper ?

Sylvain : On ne choisit pas vraiment ce métier, c’est plutôt une passion qui se transforme en travail quotidien. Me concernant, j’ai commencé par être bénévole sur le glacier des 2 Alpes en été. A l’époque, la station nous proposait de donner deux heures de notre temps pour entretenir et gérer le snowpark ; en échange ils nous offraient le forfait sur l’ensemble de leur domaine skiable. Une façon comme une autre d’allier petit job d’été et passion de la glisse ! Et pour ma part, ça fait presque 15 ans que je vis de cela. Aux 2 Alpes, on est shaper à l’année grâce au glacier, mais sur d’autres stations, c’est un travail saisonnier. Ici, on travaille de novembre à mars, puis de juin à septembre et enfin un mois en octobre jusqu’à la Toussaint. On a un snowpark à 3 400 mètres sur le glacier, un espace Freestyle plus grand à 2 600 mètres et un espace plus petit à 1 600 mètres.

De plus, il n’existe pas vraiment de formation pour être shaper. On apprend sur le terrain, au contact de ses collègues. Même pour l’administration, le métier n’existe pas : on a un contrat de « patrouilleur », ou parfois d’ « animateur de snowpark », alors que ce n’est qu’une toute petite facette de notre métier… De fait, les personnes qui sont recrutées sont forcément passionnées de glisse et de freestyle. On ne peut pas vraiment découvrir ce métier si l’on ne connaît pas le milieu. Cela génère une très bonne ambiance avec les collègues mais aussi avec les vacanciers qui viennent profiter de nos installations : on partage tous le même centre d’intérêt !

 

 Snowpark des 2 Alpes. Crédit photo : Snowpark des 2 Alpes

 

 Alpes Ski Résa : Quel est le rôle d’un shaper ?

 Sylvain : Nous avons 3 missions principales : la construction, l’exploitation et la communication autour du snowpark. La construction est à mon sens l’aspect le plus intéressant de notre métier. Il s’agit de concevoir et de créer des modules, pour permettre aux freestylers de s’éclater ! On crée nos modules, on décide de l’endroit où l’on va poser des rails, etc. On organise le snowpark en fonction du terrain que l’on a. Le travail est plus ou moins facile en fonction de l’enneigement, car il n’y a pas d’enneigeurs sur nos snowparks. On est donc dépendants de la météo pour construire nos modules, mais aussi pour les ouvrir au public par la suite ! Une fois notre plan de construction conçu, s’ensuit tout un travail manuel pour rendre ce que l’on a imaginé réel. Bien sûr, plusieurs machines nous aident à réaliser tout cela. C’est une équipe dédiée qui gère cette partie. Notre travail consiste donc surtout à fignoler les courbes des bosses et à poser les rails. Le temps de mise en place varie énormément selon les modules que l’on veut poser, en fonction du volume de neige dont on a besoin et de l’exposition du secteur. En moyenne, on met 30 minutes pour mettre un rail en place et il faut compter plus d’une semaine pour construire un Big Air.

Après la construction, l’exploitation ! Une fois que le parc est construit, il faut l’entretenir, garantir la sécurité des skieurs et refaire les finitions sur les modules. C’est un travail qui dure tant que le snowpark est ouvert. Les passages des skieurs et les chutes de neige peuvent déstructurer certains modules, il faut donc rester vigilant et maintenir une bonne couche de neige sur l’ensemble du snowpark. C’est aussi nous qui décidons, chaque matin, d’ouvrir ou de fermer certaines parties du snowpark. Il y a le plaisir, mais c’est surtout la sécurité des skieurs qui est en jeu. Enfin, le dernier aspect de notre travail consiste à faire connaître nos espaces freestyle et animer notre communauté sur les réseaux sociaux. On publie donc de nombreuses photos et vidéos, ainsi que des informations pratiques sur le nombre de modules ouverts, l’état de la neige, les animations prévues sur les snowpark, etc. On essaye au maximum de faire relayer nos actualités par nos partenaires.

 


Alpes Ski Résa : Quelle est la journée type d'un shaper ?

Sylvain : Cette question est très difficile car notre métier varie constamment d’un jour à l’autre ! Ne serait-ce qu’en fonction de la météo, on ne fera pas la même chose par grand beau que par brouillard. Mais il y a une chose qui nous anime tous les jours : pouvoir ouvrir le snowpark (ou au moins une partie) dès le lancement de la saison. D’une manière très générale, on commence nos journées vers 8h par une mise en sécurité des espaces freestyle. On déneige, on entretient les modules et on installe les filets de sécurité pour ouvrir le parc dès 9h. Il n’est pas rare que, même après l’ouverture, on soit encore en train de déneiger certaines zones ! La suite de la journée est très variable : on patrouille sur l’ensemble du snowpark, on gère les animations (il y a une animation barbecue/transat à mettre en place en ce moment aux 2 Alpes), ou on construit de nouveaux modules. Vers 15h30, on commence à prévoir la fermeture du parc, en configurant le futur travail des machines pendant la nuit. Ce sont les shapers de nuit qui s’occuperont de réaliser cette partie là. A 16h, c’est la fermeture : on entretient une dernière fois le parc, on range les piquets, les rails, les jalons, les banderoles,… Tout ce qui peut gêner le travail des machines. A 17h, c’est l’équipe de nuit qui prend le relais. Leur travail consiste essentiellement à diriger les machines sur le snowpark. Au final, être shaper, c’est être toute la journée sur le terrain. Donc le plus important dans ce métier, c’est la passion pour la glisse.

Si vous avez apprécié cet article :

3 questions à un Shaper - Alpes ski résa

Lundi 27 Avril

Des séjours en montagne dans les Rocheuses canadiennes

Le Canada est situé entre l'Atlantique et le Pacifique.

lire la suite
3 questions à un Shaper - Alpes ski résa

Jeudi 16 Février

Partez à la découverte de Serre Chevalier, avec Pierre Vaultier

Tout juste auréolé d’une victoire en coupe du monde en Allemagne, de bonne augure pour les championnats du monde les 12

lire la suite
Station de ski Les Arcs - 3 questions à un Shaper - Alpes ski résa

Mercredi 4 Novembre

Portrait de station : Les Arcs

Située en Savoie, la station Les Arcs regroupe en réalité plusieurs stations édifiées entre 1960 et 2003.

lire la suite

x